ARTICLE

Les erreurs de rénovation les plus courantes

Se lancer dans un projet de rénovation n’a souvent rien d’un long fleuve tranquille. D’autant que les erreurs peuvent être très coûteuses ou sources de stress si les travaux ne sont pas correctement effectués. Alors avant de vous jeter à l’eau, voici quelques conseils avisés pour éviter les écueils.

Méconnaître le cadre réglementaire

Rénovation de façade, création d’ouvertures (fenêtres, velux…), modification de l’aspect extérieur en zone classée, augmentation du COS (coefficient d’occupation des sols*) ou de la surface de plancher constructible, distance de construction en limite de copropriété… ce ne sont pas les demandes d’autorisation et règlementations qui manquent en matière de rénovation.
S’ajoutent à cela celles applicables au règlement de copropriété dans les lotissements et immeubles d’habitation. Dans une résidence, le cahier des charges peut en effet dicter l’aspect extérieur des maisons comme le type de clôture ou la hauteur des haies. Dans des appartements en copropriété, le règlement concerne le plus souvent la modification de cloisons mais aussi les plages horaires d’intervention pour les artisans, afin d’éviter les nuisances sonores pour le voisinage.

Bien connaître l’ensemble de ces dispositifs doit permettre d’anticiper les démarches administratives qui peuvent prendre plusieurs semaines voire plusieurs mois et surtout se prémunir contre d’éventuels recours du voisinage, de la commune ou des impôts.

Sous-estimer le budget

L’enveloppe budgétaire d’une rénovation n’est pas simple à estimer. Elle dépend de différents paramètres comme l’ampleur des travaux, le type de pièce concernée ou encore la qualité des matériaux utilisés. La localisation constitue un critère important : outre le coût de la main d’œuvre qui diffère selon les villes et les régions, la facilité d’accès au chantier et la configuration des lieux peuvent alourdir la facture.
Pour vous donner quelques idées de prix, on estime que le budget pour la rénovation d’une cuisine se situe entre 500 et 2000€ du m². Cette large fourchette s’explique par le type de travaux envisagés. Faut-il prévoir des travaux de plomberie et d’électricité ? S’agira-t-il d’une cuisine catalogue ou sur-mesure ?

Sous-estimer un budget peut être lourd de conséquences comme se voir contraint de recourir à un emprunt pour solder la fin du projet ou pire, devoir ajourner son achèvement faute de fonds suffisants.

Au-delà d’une estimation réaliste, l’idéal est de prévoir une enveloppe de sécurité pour prévenir d’éventuels dépassements. Il n’est en effet par rare en rénovation de découvrir de mauvaises surprises au démontage ou à l’inverse, de mettre à jour de petites pépites qu’il serait dommage de ne pas conserver et valoriser.

Ne pas prévoir de plans

Les plans sont la clé de voûte de tout projet de rénovation. Ils doivent permettre une solide réflexion en amont en passant en revue différents aspects comme la circulation, l’implantation des mobiliers, l’emplacement des points lumineux ou encore l’aménagement de l’espace… Ensuite, ils serviront de support aux différents corps de métier pour la remise d’un devis estimatif. Enfin, ils resteront le document de référence tout au long du chantier.

Mal choisir les matériaux

Qu’il s’agisse des solutions d’isolation, des revêtements de sol ou des ouvertures, les gammes de matériaux proposés sont très larges et évoluent sans cesse au rythme des normes et progrès technologiques. Sans compter que les choix à opérer peuvent être compliqués compte-tenu des multiples paramètres à prendre en compte : acoustique, maîtrise énergétique, facilité d’entretien, durabilité et bien-sûr respect du budget. C’est donc le plus souvent une affaire de compromis et d’arbitrages.

Dès lors, bien s’informer sur les caractéristiques de chaque type de matériau prend du temps mais permet de faire des choix éclairés.

Ne pas disposer d’assez de temps

La connaissance des matériaux que nous venons d’évoquer est à elle seule une tâche prenante. La phase suivante qui consiste à comparer les prix pour réaliser le bon achat y ajoutera sans aucun doute plusieurs heures d’investigation.

Au lancement du projet, la phase de conception des plans se révèle volontiers chronophage tant elle demande de poser les bonnes questions et de produire un travail méticuleux.

Vient ensuite l’étape de recherche des entrepreneurs et artisans. Sans recommandations, il n’est pas aisé de trouver du premier coup des sociétés compétentes, disponibles et au juste prix. Il s’agit donc de demander différents devis puis de prendre le temps de bien les étudier.

Vous pensez ensuite que la balle est dans leur camp ? Que nenni ! Si vous n’avez pas sollicité d’architecte, vous serez à la fois le maître d’ouvrage, qui commandite les travaux, et le maître d’œuvre, qui les supervise. Et cette seconde tâche n’est pas de tout repos : coordonner les différents corps d’état, valider avec eux les aspects techniques au fur et à mesure, vérifier la bonne exécution des travaux… Prévoyez donc d’être disponible pour suivre le chantier de manière quotidienne.

Ne pas travailler avec les bons entrepreneurs

S’entourer des bons artisans est assurément l’un des principaux facteurs-clés de succès de toute rénovation. Oui mais quand on n’a pas l’habitude de réaliser des travaux, il n’est pas évident de savoir à quel saint se vouer. A qui faire confiance ? Faut-il se fier au feeling ? Auprès de qui obtenir des recommandations ? Comment vérifier la viabilité de l’entreprise pour s’assurer qu’elle n’abandonnera pas le chantier en cours de route ? Autant de questions auxquelles il est difficile de répondre lorsque l’on est un particulier.

Vous l’aurez compris, un projet de rénovation peut relever de l’aventure voire du cauchemar si l’on ne s’y est pas bien préparé. Comment éviter les difficultés ? Simplement en s’adjoignant les services d’un professionnel, un architecte, qui endossera toutes ces tâches à votre place et vous permettra de rester serein.
Le budget dépend du type l’architecte : DE (Diplômé d’Etat) ou architecte d’intérieur. Le premier sera incontournable s’il y a modification de la structure du bâtiment. Dans le cas contraire, qui concerne d’ailleurs la plupart des projets de rénovation, l’architecte d’intérieur pourra tout gérer seul, et avec des honoraires bien moins élevés.

Qui plus est, gardez à l’esprit que votre bien, ainsi rénové de manière qualitative gagnera en valeur en cas de revente. Le recours à un architecte devient donc un réel investissement.

*Coefficient de densité de construction maximale autorisée pour un terrain. Il s’exprime en m² et résulte du rapport entre la surface constructible (SHON) d’un terrain et sa surface cadastrale.

Photo de Roselyn Tirado sur Unsplash

A lire également…

Osez le papier peint

Osez le papier peint

Le papier peint réchauffe, habille voire métamorphose nos intérieurs. Voici nos conseils pour oser le papier peint dans les différentes pièces de la maison.

Mood board, concept board, planches d’ambiance…

Mood board, concept board, planches d’ambiance…

En architecture d’intérieur, il n’est pas toujours aisé de se projeter. C’est pourquoi nous utilisons différents outils très visuels qui permettent de traduire en images des ambiances, des concepts ou des matériaux.

Rénover une maison ancienne : conseils pour préserver le charme d’origine

Rénover une maison ancienne : conseils pour préserver le charme d’origine

Si l’on craque pour l’ancien, c’est généralement grâce à leurs éléments d’origine qui leur confèrent du caractère et témoignent de l’histoire du lieu. Mais quand vient l’heure des travaux de rénovation, les surprises et arbitrages à opérer rendent l’exercice complexe. Comment faire… ?

Vous avez un projet ?
Discutons-en !